Spécial confinement : Séance virtuelle #5 – navigation en eau vive – back to the basics

Pour cette cinquième séance de canoë-kayak virtuel, nous avons révisé deux figures classiques réalisées en rivière.

Le stop

Un stop consiste à s’arrêter dans un contre-courant (aussi appelé « contre »). Comme d’habitude, le maître-mot est l’anticipation. Cette manœuvre se décompose de la manière suivante :

– commencer par identifier l’emplacement du stop.

– en amont du stop, donner de la vitesse au kayak en pagayant. Cette étape, souvent négligée par les débutants, permet de bien passer la zone de cisaillement.

Si le kayak n’a pas assez de vitesse, il risque de ne pas rentrer dans le contre. D’une manière générale, la vitesse permet de bien contrôler le kayak. Il faut pagayer sur l’avant du kayak, en immergeant bien la pale dans l’eau. Un débutant n’immerge souvent pas assez la pale dans l’eau et son coup de pagaie est inefficace.

Aucun appui dans l’eau avant ou après un seuil = équilibre précaire

– toujours en amont du stop, prendre la bonne trajectoire. Pour cela, il faut orienter le kayak en direction du stop en lui donnant la bonne incidence. Suivant que l’on souhaite s’arrêter en haut, au milieu ou en bas du stop, la trajectoire donnée au kayak ne sera pas la même. Il ne faut pas trop serrer le bord de la rivière du côté du stop, en particulier pour s’arrêter en haut du stop.

– faire une circulaire juste avant de rentrer dans le contre. Pour s’arrêter dans un stop à droite, on effectue une circulaire à gauche. Il faut bien planter la pagaie dans l’eau pour que la circulaire soit efficace, surtout en présence de remous.

– gîter vers l’intérieur du virage en entrant dans le contre.

– faire un appel dans le contre en plantant la pagaie dans le contre-courant. L’erreur classique du débutant consiste à faire l’appel trop tôt, dans le courant : l’appel pousse alors le kayak vers l’aval et l’empêche d’atteindre le contre.

La reprise

Une reprise consiste à rentrer dans le courant après un stop. Cette manœuvre comprend les étapes suivantes :

– regarder où l’on veut aller. En effet, le regard va naturellement orienter le kayak dans la bonne direction.

– prendre de la vitesse en pagayant, afin de passer la zone de cisaillement

– effectuer une circulaire juste avant de rentrer dans le courant

– gîter vers l’intérieur du virage en entrant dans le courant

– faire un appel dans le courant en plantant la pagaie du côté intérieur au virage. L’appel permet de bénéficier d’un appui qui stabilise le kayak. Il permet aussi de prendre de la vitesse en se faisant tracter par le courant.

Le regard avant d’entrer dans le courant, la circulaire et la gite avale, l’appui et le regard une fois dans le courant.

Laisser un commentaire